Skip to content

Coquillages du Crétacé, sur la plage abandonnés…

12 juillet 2018

Rien ne laissait présager qu’au cours de cette petite pause au bord de la mer, nous ferions une découverte géologique aussi intéressante ! Il est vrai que, à chaque expédition, le Maroc nous réserve son lot de surprises, dans quelque domaine que ce soit.

Alors que la chaleur estivale commençait à atteindre des sommets à Marrakech, nous nous sommes rendus à Essaouira pour profiter de l’air et de la fraîcheur du large. Et c’est en cherchant un coin tranquille le long de la côte qu’une belle crique s’est offerte à nous, un peu au sud de Sidi Kaouki. C’est à Sidi Ahmed Essayeh que se trouve la crique d’Azrou. Déserte, la belle plage protégée par des falaises d’une vingtaine de mètres nous invite à s’y prélasser.

Nos affaires installées au pied d’un rocher déjà riche en traces de petits coquillages, nous nous lançons dans les flots sans pouvoir vraiment progresser à la nage, tant la violence des vagues nous emporte vers le rivage. C’est alors que nous décidons de nous diriger au bout de la plage, là où la falaise se termine par une grande plaque rocheuse. Le sol est brûlant et les pierres tranchantes. A force de scruter le sol pour éviter de se couper les pieds, nous apercevons des figures familières. Dans la roche calcareuse se dessine une forme enroulée, puis une autre, et encore une autre ! Grandes, petites, ce sont des ammonites, des gryphées, des ostrea bien visibles mais enchâssées dans le sol. C’est que la région du bassin d’Essaouira est réputée pour présenter des affleurements du Crétacé, période géologique de l’ère secondaire qui s’étend de -145,5 millions à -65,5 millions d’années.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ces strates de calcaire et de marne ont été déposées par la mer lors d’une alternance de transgressions et régressions maritimes vers les terres. Et les océans regorgeaient de mollusques céphalopodes tels que les ammonites, ces animaux marins dont il ne reste plus que la coquille en spirale fossilisée. Ou encore les gryphées, mollusques bivalves à coquille allongée et les ostrea, ancêtres de nos huîtres actuelles.

Lorsque l’on va se baigner à la plage, on emporte rarement un marteau de géologue avec soi. Et ce ne sont que des photos et quelques ammonites dégagées parmi les éboulis qui ont pu être ramenées…

© photos Maroc sans Frontières

I. Six

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :